Golfer à l'Ile Maurice? Waaaouh!

Nous attendions ce séjour avec impatience pour découvrir cette petite île au milieu de l'Océan Indien et pouvoir golfer sur l'un des plus beaux parcours au monde (classé parmi les 10 premiers). Partis de Lyon - Saint Exupéry au coeur de l'hiver, dans le brouillard et le froid, la surprise fut totale en arrivant à Sir Seewoosagur Ramgoolam, où le thermomètre affichait 37°C. Waaaouh ... quel changement !

Un peu abasourdis, quel ne fut pas notre émerveillement en découvrant ces eaux limpides vertes, turquoise, bleues du lagon et de la Mer de Corail longeant la côte est, pour arriver dans le petit village de Trou d'Eau Douce et déposer nos valises et nos sacs (de golf, bien sûr) à l’hôtel Ambre. Nous fûmes accueillis comme il se doit, par de charmants mauriciens et mauriciennes avec des cocktails de bienvenue principalement constitués de rhum.

Après une bonne nuit de repos, nous prenons le bus, direction le Golf de l’Ile aux Cerfs. 20 minutes de car, puis 10 minutes en bateau navette. Nous touchons le paradis. De somptueuses plages bordent le golf. Une végétation luxuriante, des palmiers partout. Départ 10h00, voiturette obligatoire. Ce parcours a été dessiné par le champion allemand Bernhard Langer. 18 trous, par 72 . Il offre une vue mythique sur le lagon de l'Ile aux Cerfs. Les bunkers, associés à la végétation tropicale en toile de fond, sont un régal pour les sens ! Le parcours est difficile, souvent étroit, parfois bordé de ravins, un peu vallonné. Des fairways de toute beauté, très verts, bordés de roughs redoutables à l'herbe haute. Les greens sont impeccables mais avec des pentes difficiles à lire. Le premier jour, je perds 6 balles; nous avions heureusement prévu quelques munitions ... Déception au niveau du score, mais quel plaisir de jouer dans cet environnement sublime (plaisir des yeux s'entend !).

Nous avons pu jouer ce golf 4 fois, en terminant sur une journée de pluie, ... dommage ! Nos scores ne furent pas mirobolants, certes, et jouer en voiturette ne fut pas très attrayant, mais être au bout du monde dans ce paradis, quel total émerveillement !

Ceci dit, nous n'avons pas fait que satisfaire notre besoin viscéral de golfer: nous avons pu découvrir cette île (qui n’est pas très grande: 1865 km2, 65 km de long sur 45 km de large) et la barrière de corail qui l'entoure, protégeant les lagons et les plages bordées de cocotiers et de filaos. L'Ile Maurice ne compte plus de volcans en activité. 

Apollon Boat Tours nous a proposé une ballade rapide en mer d'une journée, avec découverte de l'Ile aux Aigrettes (interdite aux touristes, grande variété d'oiseaux), de l'Ile au Phare (où nous avons pu faire une plongée au milieu des coraux et des poissons exotiques), des cascades cachées dans une forêt luxuriante où quelques singes nous accompagnèrent, le tout agrémenté d'un pique-nique "Ile aux Cerfs": barbecue de poulets grillés et langoustes, cuisinés par des mauriciens, rhum à volonté, un délice ! 

En fin de semaine, nous voilà partis en taxi dans le sud de l'île, sous d’impressionnantes pluies tropicales: routes inondées, éboulements, glissements de terrain, la totale ... Dommage ! Mais avons pu voir les temples hindous, le lac sacré, la fabrique de diamants, la rhumerie de Chamarel, la maison coloniale, la Terre des 7 Couleurs (grande clairière composée de dunes de terre, mais sous la pluie: pas génial).

Et le dernier jour, visite journalière avec une amie lyonnaise qui réside en hiver à l'Ile Maurice, avec laquelle nous avons découvert Port Louis, le Cap Malheureux et sa petite chapelle rouge vif puis Grande Baie, station balnéaire des plus touristiques, villas et hôtels de luxe, et enfin le magnifique jardin botanique de Pamplemousse, créé au 18ème siècle par le botaniste français Pierre Poivre, qui abrite des centaines d’espèces végétales, toutes sortes de palmiers, de fleurs, d'arbres fruitiers, d'impressionnants baobabs et les célèbres nénuphars géant.

Et ce fut la fin de notre rêve. 11 longues heures d'avion jusqu’à Istanbul. Et le dur retour à la réalité ... Froid, grippes, Verger, Mionnay, le Ringer Score, le boulot pour Roland. Vivement les beaux jours et de nouvelles destinations... Enfin, j'espère!

Martine

i-GreenGreen remercie chaudement Martine CHANRION et Roland MURARD de lui avoir réservé l'exclusivité du compte-rendu de leur somptueux voyage golfique de fin Janvier à Maurice!

 

Img 6951  Img 6940  Img 6950

L'Album Photo

Commentaires (1)

Martine
  • 1. Martine | 02/03/2019
Parfait Yves ! Merci
J’y retournerais bien ......

Ajouter un commentaire